Contents hide

Qu’est-ce que la fiscalité indirecte?

Un impôt indirect est perçu auprès du contribuable par un intermédiaire assujetti qui devient redevable du versement correspondant de l’impôt.

Le redevable est la personne qui a l’obligation de rembourser l’impôt aux autorités fiscales. Dans la fiscalité européenne, cette responsabilité affecte le fournisseur en premier lieu. Cette responsabilité commence par le choix du taux d’imposition et du montant corrects, passe par des obligations formelles telles que la facturation, et se termine par le paiement aux autorités fiscales.

Le redevable est l’avant dernier maillon de la chaîne commerciale.

Le redevable est au début de cette chaîne et à toutes les étapes intermédiaires.

Ce type d’imposition :

TVA, c’est-à-dire la taxe sur la valeur ajoutée. C’est l’un des impôts indirects les plus courants.

Quelle est la responsabilité de la personne responsable, ses droits (remboursement, déduction)?

Quels sont les droits des redevables de la TVA?

La personne responsable – qui est très souvent le fournisseur – est donc seule responsable de l’application du taux de TVA correct, de la présentation d’une facture en bonne et due forme, de la collecte puis de la liquidation de la TVA dans le délai et la forme établis par les autorités locales.

« Local » désigne le territoire où les marchandises sont considérées comme livrées ou consommées et les services fournis.

Par conséquent, une personne redevable qui perçoit la TVA a une dernière obligation, la plus importante : celle de soumettre périodiquement des déclarations de TVA sur un formulaire de liquidation. Cette obligation va également de pair avec les droits.

Quels sont les droits des personnes assujetties à la TVA?

L’un des piliers de la TVA est la neutralité. Le mot « responsable » est traduit dans d’autres Etats membres par « sujet passif » ou « personne responsable ».

En retour, ce contribuable a – dans la plupart des cas – un droit reconnu par sa propre autorité fiscale: le droit de déduire.

Il y a plusieurs exceptions :

Concrètement, ce droit à la neutralité peut exister de deux manières :

Quel est le droit de déduire?

est offert aux entreprises ayant accès aux formulaires périodiques de règlement de la TVA.

Important : les personnes ayant droit à la déduction ont automatiquement droit au remboursement. Le contraire n’est pas vrai.

Quel est le droit de remboursement?

lorsqu’elle n’est pas combinée avec le droit de déduire, elle est souvent offerte aux personnes imposables (entreprises, entrepreneurs, etc.) qui ont supporté la TVA localement, n’ont pas accès à des obligations de liquidation périodiques, et donc pas la possibilité d’en déduire. Il s’agit très souvent d’une procédure pour les non-résidents en affectation temporaire ou en mission dans un autre État membre.

Quel est le modèle TVA appliqué en Europe?

La TVA concerne-t-elle toutes les étapes du cycle production/commercial ?

La TVA dans la zone européenne se distingue par son application à toutes les étapes de la chaîne.

Concrètement, chaque intermédiaire est responsable – responsable – que son client est une entreprise ou un particulier, de soumettre une facture en bonne et due forme, de percevoir puis de liquider la TVA.

Existe-t-il des règlements harmonisés?

La TVA dans l’Union européenne est déchirée par deux contraintes principales :

Le règlement qui réglemente l’harmonisation est donc relativement « flexible » puisqu’il repose principalement sur une directive.

Contrairement au « règlement d’application » qui s’applique strictement et immédiatement sur l’ensemble du territoire européen, la directive permet aux États membres d’adopter leurs règlements nationaux afin d’obtenir un résultat cohérent attendu.

Quelle est la place de l’Europe dans la TVA nationale?

La cohérence juridique au niveau européen exige une autre condition préalable pour les États membres : accepter l’autorité supranationale. Nous parlons de la prédominance du droit international sur le plan national.

Leurs intérêts dans les États membres sont représentés dans les institutions qui génèrent des directives, des règlements exécutifs au niveau européen, dont certains seront transposés au niveau national dans la loi.

Pour régler les différends et préserver la cohérence internationale, il existe plusieurs institutions telles que le Tribunal de justice de la Cour de justice (CJUE/CJUE) et le Tribunal européen de la fonction publique. Leurs décisions sont applicables dans chaque État membre.

En termes de TVA, leur poids est important dans l’application de la directive, leur rapidité d’intervention étant incomparable aux processus législatifs.

En conclusion, les États membres pèsent dans les décisions européennes. Elles sont, à leur tour, contraignantes au niveau national.

La TVA représente 12 des recettes budgétaires de l’UE en 2019. Il s’agit d’un taux uniforme pour tous les États membres sur la base harmonisée conformément aux règles de l’UE.

Comment la TVA est-elle harmonisée dans le commerce avec l’UE?

Quels types d’opérations/transactions conformément à la directive?

Les transactions se divisent en 4 types :

Il existe également plusieurs cas particuliers bien documentés dans la réglementation européenne.

Comment la TVA est-elle appliquée ?

Appliquer correctement la TVA aux clients européens est facile de répondre à quelques questions :

En termes de TVA intracommunautaire, la territorialité est généralement un point de conflit à surveiller et à confirmer avec un spécialiste en cas de doute.

Quelle est la territorialité et la légitimité des États membres en matière de TVA?

Pour chaque transaction, il ne peut y avoir qu’un seul État membre en tant que bénéficiaire des recettes.

Heureusement, les règles relatives à la territorialité des transactions (lieu d’approvisionnement) et les jugements de la CJCE sont très explicites.

La territorialité est importante parce qu’elle exige que le contribuable dépende de l’autorité du pays concerné pour :

Par exemple: En livrant des marchandises à des personnes particulières dans un autre État membre à partir d’un stock local, les autorités de ce dernier pourraient exiger une série de formalités telles que l’identification fiscale, le dépôt et la soumission d’autocotisations périodiques de TVA, etc.

Enfin, les obligations connexes sont souvent omises par les opérateurs, en particulier l’ECSL (listes TVA) et intrastat (DEB en France). Elles sont également obligatoires.

Pourquoi les identifications en Europe sont-elles parfois obligatoires ?

Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles un État membre exige une identification fiscale d’une personne, d’un entrepreneur ou d’une entreprise non établie, avant de livrer des marchandises ou de fournir un service.

La logique est la suivante: chaque fois qu’il y a un agent fiscal, que ce soit immédiatement ou en cas de fraude ou d’irrégularité involontaire, l’État membre, où demandera soit l’identification d’un non-résident, soit transférera la responsabilité du fournisseur au bénéficiaire des biens ou services.

Les cas les plus courants sont les :

Les ventes à distance sont-elles obligatoires pour l’identification de la TVA ?

Livraison de marchandises aux particuliers en Europe : chaque État membre a établi une limite nationale (seuil) au-delà duquel la dérogation territoriale disparaît et le fournisseur ne peut plus facturer, sauf avec la TVA de l’État membre où il effectue sa livraison . Attention aux produits d’accise, cette exemption n’existe pas.

Comme une personne ne peut jamais être soumise à l’impôt, l’État membre qui reçoit la livraison n’a pas d’autre choix que d’engager la responsabilité du vendeur. Ces derniers doivent donc faire ce qui est nécessaire pour obtenir une pièce d’identité fiscale aux fins de la TVA, et doivent souscrire à l’obligation de déclaration périodique: ils sont censés percevoir et donc payer la TVA.

Au-delà de la TVA, il existe d’autres obligations informatives et statistiques auxquelles les personnes taxables qui transportent des marchandises à travers les frontières européennes sont redevables.

Les importateurs non-résidents sont-ils tenus de s’inscrire à la TVA?

Lorsqu’un particulier, un entrepreneur ou une entreprise apporte des marchandises sur le territoire douanier, l’État membre désigne le propriétaire (ou un tiers de son choix) comme « responsable de l’importation » ou « importateur pour enregistrement ».

C’est-à-dire que ce propriétaire reçoit une liquidation de l’autorité douanière, sur la base d’une facture et de documents douaniers, précisant le montant des droits ainsi que la TVA à payer pour permettre la libre circulation: pour simplifier, « tant que cela n’est pas payé ou garanti b y un tiers, les marchandises sont conservées par les services douaniers pour une période donnée avant la destruction « .

L’État membre qui a reçu ces marchandises peut demander, au-delà de l’EORI, une pièce d’identité complète de la taxe locale. Dans ce cas, les personnes imposables européennes sont invitées à un numéro de TVA mais ne sont pas tenues de souscrire à l’obligation de déclarer périodiquement parce que l’importation n’est pas une opération de perception de la TVA.

Les exportateurs non-résidents sont-ils tenus de s’inscrire à la TVA ?

A partir du moment où une personne taxable sort des marchandises du territoire d’un État membre, celle-ci exigera – par mesure de précaution – que le propriétaire (au moment de quitter le territoire) soit identifié à l’avance et qu’il ait souscrit à l’obligation de déclarer Périodiquement.

En effet, les soupçons de fraude ou d’irrégularité incitent l’Etat membre qui laisse aller un bien pour lequel aucune TVA locale n’est facturée, à contraindre administrativement ce propriétaire : ce dernier devra s’identifier à la TVA et déclarer périodiquement. En cas de non-justification de la sortie du territoire, les douanes et/ou les autorités fiscales émettent immédiatement une liquidation de la TVA qui aurait dû être liquidée si la livraison avait été effectuée sur le même territoire. Cette liquidation ne peut être adressée au fournisseur que puisque le client est établi par défaut à l’étranger.

Quelles sont les personnes imposables ayant le droit de déduire

Lorsqu’une personne taxable livre des marchandises dans des conditions concrètes ou fournit des services que l’État membre compétent a classés comme « donnant droit à la déduction », la personne imposable non-résidente sera informée de l’obligation de s’identifier à l’impôt et de souscrire à l’obligation de faire rapport périodiquement.

En effet, la déduction ne peut avoir lieu que sous des formes nationales : le droit de déduction ne peut être exercé que dans les délais et le cadre juridique existant pour les personnes imposables locales.

Lorsque les livraisons intracommunautaires de marchandises sont exonérées de la TVA ?

Il s’agit de :

Qu’est-ce qu’un fournisseur intracommunautaire de biens à exemption ?

Si vous respectez les conditions de prestation de l’exemption :

La facture correspondante doit :

Le fournisseur doit faire une déclaration statistique (intrastat).

Qu’est-ce qu’un bénéficiaire d’acquisition intracommunautaire après exemption ?

Si vous respectez les conditions de prestation de l’exemption :

La facture correspondante doit :

Glossaire simplifié de la TVA :

Qu’est-ce qu’une personne imposable?

Vous pourrez lire dans certains textes – même officiels – « sous réserve de la TVA », ce qui est déroutant.

Veillez à faire la distinction entre «sujet» et «responsable» parce qu’il est une base du droit fiscal.

Vous devez ignorer le sens logique du mot « personne imposable » et le remplacer par « entrepreneur ou entreprise ».

Une personne imposable est une personne indépendante (non employée), physique ou légale, qui effectue des transactions, principalement commerciales, sur une base ad hoc ou régulière.

Qu’est-ce que la TVA est imposable?

Une transaction n’est pas considérée comme imposable à des fins de TVA si les conditions de base ne sont pas remplies. Un exemple graphique est celui de deux entrepreneurs européens qui se retrouvent à un salon aux États-Unis et l’un revend aux autres objets décoratifs achetés sur place. Il s’agit en effet d’une livraison de marchandises entre deux personnes taxables européennes, mais la livraison de marchandises se fait sur un territoire en dehors du champ d’application de la TVA européenne (comprendre en dehors de la juridiction). En termes de TVA européenne, cette transaction n’est pas imposable.

Que signifie l’exonération de la TVA ?

Une transaction soumise à la TVA, mais dont les règlements permettent au contribuable de ne pas appliquer la TVA, est exonérée. Certains biens ou services essentiels sont ainsi exonérés de TVA.

Une transaction peut être exonérée pour le fournisseur lorsque le bénéficiaire est responsable à l’arrivée (cas de livraisons / acquisitions de biens et services intracommunautaires).

Quelle est la différence entre les non-résidents et les non-établis?

Il s’agit de deux concepts très similaires, mais chacun fait référence à son propre environnement : le terme « résident » désigne à la fois les personnes morales et physiques et concerne le principal lieu d’attachement. Pour une activité économique et donc une personne imposable, comprendre le «siège».

Le concept d’établissement ou d’établissement est exclusif aux personnes imposables et fait référence à un centre opérationnel.

Il y a deux degrés d’établissement selon le type d’imposition :

Important: en termes de TVA, le concept d’établissement permanent est relativement harmonisé et repose sur des critères similaires aux traités de double imposition, mais sans les réunir. Il est donc plus facile de se qualifier en tant qu’établissement permanent de la TVA, sans avoir de répercussions en termes d’impôt sur les sociétés par exemple.

Qu’est-ce que l’impôt responsable de l’impôt ?

Il est nécessaire de distinguer dans quel contexte nous sommes en termes de responsabilité : responsable des obligations de déclaration périodiques ou responsable d’une transaction donnée.

En effet, une personne imposable – responsable – qui dépose des déclarations de TVA périodiques n’est pas responsable de toutes les transactions.

Dans la grande majorité des transactions, le payeur de TVA est une personne imposable.

Le statut de débiteur est déclenché par le droit de déduire, qui est accompagné d’obligations de déclaration périodiques.

Prenons le cas de deux personnes imposables nationales (comprendre les «professionnels» par opposition aux particuliers) qui se livrent des marchandises les unes aux autres: le fournisseur est une personne imposable responsable de la transaction, le client est aussi une personne imposable, mais non responsable de la Transaction. Toutefois, ces deux personnes imposables sont responsables d’une déclaration à la fin de l’exercice.

Qu’est-ce qu’une transaction de TVA ?

Après la  » dissection  » des opérations commerciales ou logistiques, nous obtenons les éléments indivisibles de la loi. Ce sont les transactions, il n’y en a que 4 en termes de TVA et leur hiérarchie est d’une extrême importance dans certains secteurs :

livraison de marchandises (nationales, intracommunautaires et exportatrices)

Importation

acquisition intracommunautaire

prestation de services

Vous remarquerez que la prestation de services est la dernière, et sa définition en fait la dernière option de classification: nous ne pouvons envisager une prestation de service que lorsque nous avons vérifié qu’il ne s’agissait pas de l’une des 3 catégories précédentes . La territorialité (comprendre le pays compétent qui perçoit la TVA) n’est pas la même selon qu’il s’agit d’une livraison de biens ou d’un service), d’où le caractère économique et stratégique de cette catégorie à l’ère des nouvelles technologies et de l’accès aux services en ligne .

Vous voulez en savoir plus sur la TVA?

Il suffit de demander à notre équipe